Ouverture de pharmacie : qualification, étude de marché et structure juridique

Avec le vieillissement de la population et la hausse de l’espérance de vie, ouvrir une pharmacie devient de plus en plus intéressant, notamment en termes de rentabilité. Ce commerce de proximité est très prisé : il conserve le monopole de la distribution de médicaments. En témoignage la réussite de cette activité : on estime que 90 % des pharmacies créées sont pérennes après 5 ans d’existence. Vous souhaitez ouvrir une officine ?  Rédigé par des avocats spécialisés en droit des pharmacies, cet article vous explique comment ouvrir une pharmacie, pas à pas, afin de mener votre projet à bien.

1. Ouvrir une pharmacie : qualifications requises

La profession de pharmacien étant réglementée, son exercice nécessite la détention d’une qualification spécialisée. Il s’agit de justifier du diplôme d’Etat de docteur en pharmacie et être en exercice depuis plus de 6 mois. Si ces conditions ne sont pas remplies, vous ne pourrez pas obtenir l’agrément dispensé par l’Agence régionale de santé (ARS).

2. Etude de marché et choix de l’emplacement

Dans le cadre de l’ouverture d’une pharmacie, il convient de réaliser une étude de marché au préalable. L’objectif est de vous permettre d’avoir une vue plus transparente sur votre projet.
Votre étude de marché prendra en compte plusieurs éléments : l’environnement direct ainsi que celui des concurrents (notamment sur Paris et Ile-de-France), les habitudes des consommateurs.
Contrairement à la reprise de pharmacie, sa création requiert bien souvent de lourds investissements à prendre en considération dès l’ouverture de la pharmacie. Il convient ainsi de trouver un local dont l’emplacement sera optimal avec un aménagement qui répondra aux volontés de l’exploitant, notamment en matière d’entreposage des médicaments. Le matériel informatique représente également un investissement conséquent.
L’emplacement doit prendre en compte certains critères, comme la proximité avec les transports, les facilités de stationnement et l’environnement. Les personnes à mobilité réduite doivent aussi pouvoir avoir accès à la pharmacie, ce qui nécessite, le cas échéant, de réaliser des travaux coûteux.
Néanmoins, la contrepartie à ces dépenses conséquentes réside dans une rentabilité très intéressante. Les pharmacies réalisent en moyenne un taux de marge équivalent à 28%, voire plus de 30%. Les investissements réalisés seront donc rapidement amortis.

3. Création d’une structure juridique adaptée

Ouvrir une pharmacie nécessite de respecter certaines démarches, notamment la création d’ une structure juridique commerciale pour l’exploitation de la nouvelle pharmacie. La société doit respecter le formalisme juridique en vigueur, à savoir :

– la constitution du capital social
– la dénomination de l’activité et sa raison sociale
– le statut juridique de l’entreprise : ce dernier a une incidence sur votre activité et vos responsabilités en qualité de dirigeant de l’officine
– la rédaction des statuts
– l’immatriculation auprès du Centre de formalités des entreprises.

S’il créé une EIRL ou une EURL, le pharmacien peut exploiter son officine en nom propre. Il peut également choisir de s’associer avec d’autres pharmaciens en exercice, dans le cadre d’une SNC (société en nom collectif), une SARL ou une société d’exercice libéral pluripersonnelle.

Bien souvent, un pharmacien qui souhaite ouvrir une officine est suffisamment occupé à réaliser les démarches liées à la création de son activité, et se pose souvent des questions quant aux formalités juridiques. C’est pourquoi l’intervention d’un avocat spécialisé pour réaliser ces démarches est fortement recommandée. Contactez-nous : Pharmadroit réunit des avocats qui ont fait le choix de se dédier à une clientèle composée de pharmacies et de pharmaciens sur Paris et l’Ile-de-France.

Pharmaciens, découvrez nos autres conseils :

– Choix de la forme sociale de votre pharmacie
– Création d’une officine de pharmacie : conditions et procédure
Comment ouvrir ou reprendre une pharmacie ?
– Pharmacien investisseur : les avantages de la SPFPL
– Exclusion d’un associé d’une SEL de pharmaciens
– Annulation d’une autorisation de l’ARS de création ou de transfert d’une pharmacie
– Démarches à accomplir pour la cession d’une officine

13 rue du Docteur Lancereaux
75008 Paris

Téléphone
01 56 62 31 41

© 2019 Pharmadroit
pharmadroit.com

Top